1. Home
  2. Reportages
  3. Cancer du sein : trop d’attente pour le dépistage
Cancer du sein : trop d’attente pour le dépistage

Cancer du sein : trop d’attente pour le dépistage

0
À la veille de la journée mondiale contre le cancer, le temps d’attente pour obtenir une mammographie en Outaouais fait réagir. Des délais jugés problématiques, alors qu’ils peuvent avoir un impact très important sur les chances de survie.

Lucie Lacombe a décelé une bosse sur son sein au début de l’année 2020. Ce n’est que le 30 avril, alors que la masse avait plus que quintuplé, que son diagnostic de cancer du sein est tombé.

« J’étais au stage trois, c’était agressif et avancé. Le choc a été lorsque j’ai su que c’était une perte de sein, une ablation ».

La quinquagénaire a par la suite été prise en charge rapidement et heureusement, elle s’en est bien tiré au terme des traitements. Mais, l’attente qu’a subie Mme Lacombe n’est pas un cas isolé en Outaouais.

Avec demande du médecin, la moyenne est de 8 semaines de délai, en milieu urbain pour une mammographie. Dans certains cas, il peut grimper jusqu’à 10 mois, si la démarche a été faite par soi-même.

Des données bien loin des cibles gouvernementales qui commandent un maximum de 7 semaines entre le moment d’un soupçon et celui où l’on reçoit un diagnostic de cancer.

« On parle juste du temps d’attente pour un rendez-vous, c’est vraiment une petite fraction de tout le parcours qui est nécessaire pour le diagnostic et déjà là, on parle de délai assez élevé. Plus on attend, plus le stade peut avancer et avoir un impact sur le pronostic et les chances de survie ».

-Fanny Guimont-Desrochers, Fondation cancer du sein du Québec

La pandémie ne fait qu’ajouter du stress et des délais pour les Québécois atteints de cancer du sein. La fondation a lancé une ligne de soutien téléphonique « Les femmes qui sont passées par le processus de diagnostic et ont eu un cancer du sein ont été formées par la Fondation pour offrir un soutien émotionnel, pour outiller les personnes à naviguer dans le système de la santé ».

« J’ai toujours parlé de ce que je vivais et ça m’a beaucoup aidé. C’est un marathon avec plusieurs épreuves, mais c’est un jour à la fois et il faut toujours rester positif ».

Loading the player...