1. Home
  2. Reportages
  3. Minuit moins une pour l’usine Fortress
Minuit moins une pour l’usine Fortress

Minuit moins une pour l’usine Fortress

0

L’usine Fortress à Thurso pourrait fermer définitivement d’ici la fin 2022.

C’est l’avertissement qu’a lancé le ministre de l’économique, s’il n’y a pas un acheteur qui se manifeste rapidement.

Pierre Fitzgibbon n’est pas prêt à lancer la serviette, il dit que la raison principale c’est qu’il est conscient de l’importance de l’usine pour ce secteur de l’Outaouais.

Après deux ans de fermeture et près de 15 millions $ injectés par Québec pour maintenir l’infrastructure, le ministre avoue que sa patience commence à être « à bout ».

Toutefois, M Fitzgibbon est prêt à continuer de soutenir l’usine, mais il faut qu’un investisseur privé investisse et prenne les opérations en main.

Sans compter, avoir un plan viable et trouver une vocation rentable à long terme pour l’usine.

Selon le ministre, les chances que ça se produise sont à 50%, il gouvernement a des discussions sérieuses avec un potentiel repreneur.

Il ajoute que la production de pâte dissolvante servant à faire de la cellulose pour le marché asiatique n’est plus viable pour Thurso.

« Ce n’est pas notre désir. Notre désir depuis 2 ans est qu’on veut trouver un preneur. Éventuellement, il va falloir avoir une fin de l’exercice et on se donne encore plusieurs mois. Il y a quelques alternatives que je considère intéressantes. La clé, comme vous le savez, c’est de trouver un repreneur qui va réinvestir ».

-Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec

La sortie du ministre de l’Économie fait réagir à Thurso.

Le maire Benoit Lauzon indique demeurer confiant de voir une réouverture de l’usine et qu’il en fait une priorité.

Il explique que l’usine représente 300 emplois directs et indirectement l’industrie forestière.

« L’important de comprendre, ce n’est pas les 300 emplois de Thurso qui sont en jeu, c’est 4 000 emplois au niveau de la région de l’Outaouais qui sont en jeu. Si la papetière ne repart pas, qui consomme 1 million de mètres cubes de bois de feuillus annuellement, l’industrie forestière en Outaouais et les usines vont fermer ».

-Benoit Lauzon, maire de Thurso

Si le scénario de fermeture de l’usine se concrétise, le gouvernement du Québec assure vouloir protéger les emplois forestiers qui pourraient en être indirectement affectés dans la région.

Loading the player...