1. Accueil
  2. Société
  3. Front commun contre le sous-financement en Outaouais
Front commun contre le sous-financement en Outaouais

Front commun contre le sous-financement en Outaouais

0
0

Front commun d’Équité Outaouais, vendredi matin, pour dénoncer le sous-financement dans la région.

Que ce soit l’éducation, la santé et même la culture, les différents porte-parole sont convaincus que la région est mise à mal.

L’organisme déplore le manque d’action du gouvernement après la mise à jour économique du ministre des Finances jeudi.

Pour le milieu communautaire, rien n’est prévu pour la région, avec la crise du logement les organismes communautaires réclament plus d’aide.

Il manquerait 20 millions de dollars en Outaouais.

La mise à jour économique a également fait réagir le député libéral André Fortin.

Il se dit déçu qu’aucune prime pour le personnel infirmier de la région ne s’y retrouve.

Pour ce qui est de la santé, il manquerait 170 lits de soins aigus, 460 lits de soins de longue durée, sans compter un manque de 200 médecins spécialistes et 1 000 infirmières.

«On veut avoir le 100% des fonds qui nous reviennent, ce sont des impôts qu’on a payés à Québec, on a le droit d’avoir les mêmes services qu’ailleurs au Québec. Alors, on veut un suivi de ce sous-financement chronique là».

-Gilles Aubé, porte-parole d’Équité Outaouais en matière de santé

«Comment peut-on dire qu’il n’y a pas d’urgence à agir et qu’il n’y a pas une crise majeure du logement dans l’Outaouais. La liste d’attente de l’OHO dépasse 1000 ménages ».

-Lise Paradis, directrice générale du Gîte Ami

Équité Outaouais souhaite que les choses bougent rapidement.

Les différents porte-parole ont rencontré le caucus de la Coalition Avenir Québec le 15 octobre dernier, mais les réponses qu’ils ont obtenues des députés de la région ne sont pas satisfaisantes à leurs yeux.

Il y a aussi un problème en éducation, selon Équité Outaouais.

Une étude de 2018 de l’IRIS, sur les effets du retard de financement en Outaouais, indique que 2 500 étudiants du secondaire et 2 500 du niveau collégial quittent pour aller étudier ailleurs.

Pour les universitaires, ce nombre monte à 7 500.

Loading the player...