1. Accueil
  2. Reportages
  3. Décès d’un abatteur forestier: la CNESST dévoile son rapport
Décès d’un abatteur forestier: la CNESST dévoile son rapport

Décès d’un abatteur forestier: la CNESST dévoile son rapport

0
0

La CNESST a rendu public son rapport d’enquête sur la mort du propriétaire de l’entreprise forestière Claude Gravelle.

L’accident de travail, survenu le 1er juin 2021 à l’île-du-Grand-Calumet, s’est produit alors qu’il coupait des arbres avec une scie à chaîne.

L’usage de techniques d’abattage directionnel, mal maîtrisé est en cause.

C’est la conclusion de l’enquête menée par la CNESST pour expliquer le décès de Claude Gravelle, écrasé par un arbre sur un chantier forestier dans le Pontiac.

Elle indique qu’il a continué ses travaux d’abattage manuel, alors qu’il se trouvait dans une zone jugée dangereuse et qui l’exposait à la chute imprévue d’un arbre.

Selon le rapport, Claude Gravelle, qui cumulait environ 30 ans d’expérience dans le domaine, a abattu un cèdre qui s’est encroué sur un arbre adjacent.

L’enquête démontre qu’il a alors tenté de le faire tomber en coupant une épinette noire à proximité qui s’est aussi appuyée contre les deux arbres.

Alors qu’il se trouvait dos à ces arbres, l’un d’eux est tombé et a causé sa mort.

«La grande majorité des accidents de travail peuvent être évités si on utilise les techniques appropriées. On a produit des guides là-dessus, qui sont assez complets, alors il faut choisir de quel côté on s’en va».

-Alain Trudel, responsable des communications à la CNESST

La CNESST a publié des recommandations pour éviter un tel accident, notamment, d’utiliser des techniques d’abattage sécuritaires et reconnues ou encore d’utiliser un appareil spécialisé pour abattre un arbre encroué.

Les recommandations et le rapport seront transmis au Comité paritaire de prévention du secteur forestier, mais aussi aux établissements de formations pour sensibiliser les futurs travailleurs.

«Chaque décès comme ça est malheureux et est une prise de conscience, mais il y en a plus qu’on pense des décès. Il y en a quelques-uns par année, des gens qui s’échappent un arbre sur la tête et qui en décèdent. C’est plus fréquent qu’on pense, il faut faire appel à des professionnels et avoir la formation nécessaire».

-Pascal Audet, président et ingénieur forestier, Les Conseillers forestiers de l’Outaouais

Depuis l’accident, l’entreprise de Claude Gravelle a cessé toutes activités.

Loading the player...