1. Home
  2. Éducation
  3. Zone interdite: des enfants risquent de se faire renverser devant l’école du Sacré-Cœur
Zone interdite: des enfants risquent de se faire renverser devant l’école du Sacré-Cœur

Zone interdite: des enfants risquent de se faire renverser devant l’école du Sacré-Cœur

0

Le pire a peut-être été évité ce matin devant une école du secteur Masson-Angers. Des enfants auraient failli se faire renverser par un parent automobiliste, qui était stationné dans une zone interdite.

C’est ce que révèle une note interne obtenue par TVA Gatineau-Ottawa. Un parent rapporte que ses enfants auraient pu être blessés par un automobiliste qui n’aurait pas respecté la zone de stationnement.

La direction a donc jugé nécessaire de faire un rappel aux parents, en soulignant que la situation était survenue à quelques reprises. Le rappel mentionne qu’il est interdit de se stationner dans la zone identifiée en rouge. Les automobilistes dans cette zone traversent un trottoir où plusieurs élèves-marcheurs circulent.

Après des discussions avec le Centre de services scolaire au Cœur-des-Vallées, il semble que c’est une problématique difficile à gérer au quotidien. Un mère dont les enfants fréquentent cette école craint pour la sécurité de ses enfants.

« Ce qui me fait peur, c’est qu’un moment donné il y ait un de nos enfants qui se fasse écraser. C’est extrêmement dangereux. Il faut repenser l’aménagement si on veut penser à la sécurité de nos enfants. Ça va être extrêmement important qu’on arrête de se lancer la balle ».

-Jozyam Fontaine, mère d’enfants qui vont à l’école du Sacré-Coeur

Selon le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), ce n’est pas un cas isolé. Le fameux syndrome de la porte dans les zones scolaires revient d’année en année.

Le SPVG rappelle les risques, mais aussi les constats qui peuvent être appliqués à une telle infraction.

« Si on ne respecte pas le stationnement ou l’immobilisation, c’est 40$ plus les frais. Si jamais notre manoeuvre mettrait en péril la vie ou la sécurité des enfants, on peut parler de 1000$, puis ça pourrait aller jusqu’à 36 points de démérite.

-Josée Bouchard, porte-parole du SPVG

Le SPVG n’a pas eu à intervenir à l’école du Sacré-Cœur ce matin, mais les policiers communautaires ont été avisés de l’incident et la surveillance continuera d’être renforcée.

Loading the player...