1. Home
  2. Reportages
  3. École Mont-Bleu : Menaces de mort envers un enseignant : la « normalité » selon le CSSPO
École Mont-Bleu : Menaces de mort envers un enseignant : la « normalité »  selon le CSSPO

École Mont-Bleu : Menaces de mort envers un enseignant : la « normalité » selon le CSSPO

0

Menaces de mort envers un enseignant de l'école secondaire Mont-Bleu. Des propos qui avaient pourtant été qualifiés de situation normale par le centre de services scolaire. Le Tribunal administratif du travail en a conclu autrement.

C’est une situation qui remonte à octobre 2019. L’enseignant en question était dans un corridor de l’école, il a demandé à un élève de retirer sa casquette et son capuchon pour respecter le code vestimentaire. C’est à ce moment-là que l’élève l’aurait insulté dans la langue arabe et aurait dit « Viens dans ma ville, mes cousins vont t’égorger ».

Le travailleur serait tombé dans un état de panique, alors que ces paroles lui auraient rappelé des souvenirs de la guerre civile en Algérie. Sa condition psychologique s’est par la suite dégradée.  Il a reçu un diagnostic « de dépression modérée à sévère et de stress aigu ».

Selon le rapport, le Centre de services scolaire des Portages « estime que les menaces de l’élève n’ont pas mis à risque l’intégrité immédiate du travailleur. » Il ajoute qu’étant donné que les propos ont été tenus par un élève d’une école particulièrement difficile, ces menaces relèvent de la normalité à Mont-Bleu.

De son côté, le Tribunal a déterminé que le travailleur a subi une lésion professionnelle lui ayant occasionné un stress aigu et une dépression.

« Malheureusement, ici, l’employeur a tenté  de minimiser la situation , de trouver des raisons à ça, dénonce Suzanne Tremblay , présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais . Alors qu’il n’y en a pas de raison. Quand on est menacé dans le cadre de notre travail, si c’est des menaces de mort, c’est sérieux. L’employeur doit prendre action et doit reconnaître que ça peut avoir un impact sur la santé sans qu’on soit obligé d’en débattre. » 

Pour ce qui est du Centre de services scolaire des Portages, la direction mentionne qu’elle ne commentera pas la situation, étant donné qu’il s’agit d’un dossier de nature juridique.

Loading the player...