La FIQ montre le CISSSO du doigt - 9 avril 2018

La FIQ demande au conseil d'administration du CISSS de l'Outaouais d'ordonner à la direction de reconsidérer les mesures estivales.

Le Syndicat FIQ représentant les infirmières, infirmières-auxiliaires et inhalothérapeutes de la région accuse le CISSS de l'Outaouais d'imposer des mesures de représailles en suspendant les séances de négociation locale qui devaient avoir lieu.

Selon la partie syndicale, des discussions sur les propositions de mesures estivales ont achoppé à la fin de de mars parce que certaines exigences de l'employeur ont été rejetées.

À la suite de ce refus, le syndicat mentionne que l'employeur a refusé de mettre en place toute proposition de mesures estivales et qu'il a suspendu les séances de négociation locale.

La FIQ demande au conseil d'administration du CISSS de l'Outaouais d'ordonner à la direction de reconsidérer les mesures estivales et aussi de reprendre les négociations.